LES TRENTE GLORIEUSES

SCAN0189

 

Cet ouvrage porte sur les 30 premières années de la Ve République (1958-1988) et sera complété d’un second volume Les Années folles de la Ve République (1988-2014).

Ces deux ouvrages vous permettront de comprendre ou de revivre les principaux événements survenus depuis plus de 55 ans et de suivre, en parallèle, François et Nicolas, de l’enfance à leur accession à l’Élysée.

Ils s’adressent à chacun : citoyen, étudiant, élu de la République ou adhérent d’un parti politique.

Le lecteur peut décider de lire l’événement qu’il veut ou doit connaître, en consultant la table chronologique. Bienvenue en Ve République.

L’auteur, Gérard Petitpré, est passionné depuis 1958 par la Ve République et il souhaite faire partager cette passion, sans parti pris de sa part. Respect du lecteur oblige.

 

Extraits des Trente glorieuses de la Vème République

(1958- 1988)

 Le retour au pouvoir du Général de Gaulle, entre légalité et coup d’Etat

Un retour dans le respect de la légalité :

Si le 13 mai 1958, un Comité de salut public est créé à Alger, avec les généraux Massu et Salan, si dès le 15 mai le Général de Gaulle se déclare prêt à assumer les pouvoirs de la République, c’est bien le Président René Coty qui le 29 mai fait appel au Général de Gaulle pour devenir Président du Conseil. Mieux, il menace de démissionner si l’Assemblée nationale ne l’investit pas.

Le 1er juin, l’Assemblée nationale l’investit par 329 voix, dont Guy Mollet, contre 224, dont Pierre Mendès France et François Mitterrand.

Le Président Coty peut donc nommer le Général de Gaulle Président du Conseil, lequel forme alors son gouvernement. Ce sera le 24ème et dernier Président du conseil de la Quatrième République.

Mais un retour sous la menace d’un coup d’Etat militaire : « l’opération Résurrection »

Le mot « Résurrection » est prononcé le 19 mai 1958 par le Général de Gaulle lors de sa conférence de presse au Palais d’Orsay.

L’opération est mise au point par l’état-major du général Salan, revue par le général Massu, et placée sous le commandement du général Miquel à Toulouse. L’objectif est de fournir au Général de Gaulle une arme supplémentaire pour faciliter son retour, au cas où il ne réussirait pas, par la diplomatie, avec le Président Coty.

Il s’agit tout d’abord de rallier la Corse à l’Algérie et des parachutistes s’y déploient du 24 au 26 mai 1958, et créent des comités de salut public un peu partout. L’autre étape est une opération parachutée sur Paris, dont le Palais-Bourbon et l’Elysée, avec l’intervention au sol des chars de la division blindée de Saint-Germain. Le général Jouhaud, commandant les forces aériennes, est aussi du complot.

Le 28 mai, matin le Général de Gaulle reçoit le Général Dulac à Colombey ; ce dernier vient lui dire de la part du général Salan, que si à bref délai il ne prend pas le pouvoir, le commandement d’Alger ne pourra empêcher un déferlement militaire sur la métropole.

Ce même mercredi 28 mai, soir, l’entrevue entre le Général de Gaulle et les deux Présidents de l’Assemblée nationale et du Conseil de la République, et l’investiture n’est pas assurée. « Eh bien, si le Parlement vous suit, je n’aurai pas autre chose à faire que vous laissez vous expliquer avec les parachutistes et rentrer dans ma retraite en m’enfermant dans mon chagrin. » (Mémoires). Fin de l’entretien et il y a de l’opération “Résurrection” dans l’air…

Jeudi 29 mai, jour où tout se joue :

15 heures, un télégramme du commandant Vitasse à ses chefs d’Alger annonce : « Grand Charles est entièrement d’accord »  et : « Votre venue est attendue le vendredi 30 mai à partir de 2 h 30 (du matin). L’état-major de l’aviation fait décoller deux escadres de Paris vers le Sud-Ouest. » (Colloque sur la naissance de la Ve République)

16 heures, l’ordre est donné à Alger de mise en alerte des unités devant intervenir à Paris.

20 heures, le Général de Gaulle, de retour à Paris, arrive à l’Elysée et trouve le Président Coty qui accepte le plan du Général.

22 h 30, suspension de l’opération “Résurrection” prévue sur Paris. Le commandant Vitasse envoie un nouveau télégramme à Alger : « Président de la République recevant Grand Charles, opération prévue est reportée. » (Colloque précité). Mais le dispositif reste prêt à l’emploi jusqu’au 3 juin ; il ne sera pas nécessaire de le déclencher.

Le dernier mot appartient à Charles de Gaulles, dans ses Mémoires : « Dès le 4 juin, à peine ai-je pris le pouvoir, je m’envole vers Alger. » Il n’a pas dit « reçu ».

Nos Présidents et les femmes

Le Général de Gaulle, né en 1890, écrit, selon le site de la Fondation Charles de Gaulle, deux histoires d’amour d’un officier français, sous le pseudonyme de Charles de Lugale : Zalaïna, histoire d’amour en Nouvelle-Calédonie (1908) et La fille de l’Agah, histoire d’amour en Algérie (1910).

Georges Pompidou dans Pour rétablir une vérité écrit : « On ne s’étonnera pas que je ne raconte pas mes expériences amoureuses. Les femmes tenaient beaucoup de place dans ma vie et je reste convaincu qu’un visage de jeune fille et qu’un corps souple et doux sont parmi ce qu’il y a de plus émouvant au monde avec la poésie. Mais le détail de mes succès ou de mes insuccès ne regarde ni n’intéresse personne. Plus tard j’ai connu ma femme, à partir de quoi tout fut changé. »

Dans sa biographie Le pouvoir et la vie, Valéry Giscard d’Estaing raconte un épisode de la campagne d’avril 1981, où il se rend en Corse, Bastia puis Ajaccio ; il y eut un attentat dans l’aérogare d’Ajaccio, à l’arrivée de l’avion présidentiel, qui avait atterri en bout de piste ; surtout il revient sur les discours tenus sous le chapiteau. « Puis c’est le tour d’Alice. Pour la première fois depuis le début de la campagne, quelqu’un parle de moi […] Je la regarde parler devant moi, tournée de trois-quarts. Son corps est musclé, avec des mouvements d’une aisance féline et des jambes qui paraissent bronzées. Une pensée bizarre me traverse : quand elle faisait l’amour, elle devait y mettre la même véhémence. » …

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width=”1/1″][dt_gap height=”60″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width=”1/1″][vc_column_text]

Table Chronologique : Les Trente Glorieuses

 

Préambule

Repères terminologiques pour comprendre nos institutions

 

Chapitre I

La mise en place des institutions de la Ve République

Il était une fois la IVe République

Le 13 mai 1958, d’Alger à Paris

Au jour le jour, les heures où la IVe République vacilla (14 au 30 mai 1958)

Le Général de Gaulle est nommé Président du Conseil (1er juin 1958)

Le retour du Général de Gaulle au pouvoir, entre légalité et coup d’Etat

La Constitution du 4 octobre 1958, fondatrice de la Ve République

Les Elections législatives des 23 et 30 novembre 1958

Jacques Chaban-Delmas est élu Président de l’Assemblée nationale

Charles de Gaulle est élu Président de la République (21 décembre 1958)

L’investiture du Président Charles de Gaulle (8 janvier 1959)

Biographie de Charles de Gaulle

Michel Debré est nommé Premier ministre (8 janvier 1959)

Les élections sénatoriales du 26 avril 1959

Gaston Monnerville est élu Président du Sénat

Fin avril 1959, les institutions de la Ve République sont mises en place

A Propos du Conseil constitutionnel

 

Chapitre II

Les événements marquants des septennats du Président Charles de Gaulle : 1959-1969

L’Algérie, entre Affaire algérienne et guerre d’Algérie

Les rebellions algériennes de Janvier 1960 et Avril 1961

La démission du Premier ministre Michel Debré (14 avril 1962)

Georges Pompidou est nommé Premier ministre (4 avril 1962)

Le Président de la République annonce l’élection du futur Président au suffrage universel direct (20 septembre 1962)

L’adoption d’une motion de censure et la démission obligatoire du Premier ministre (5 Octobre 1962)

La dissolution de l’Assemblée nationale (9 octobre 1962)

Le référendum sur l’élection du Président de la République au suffrage universel direct (28 octobre 1962)

Les élections législatives des 18 et 25 novembre 1962

Jacques Chaban-Delmas est réélu Président de l’Assemblée nationale

Georges Pompidou est reconduit dans ses fonctions de Premier ministre (28 novembre 1962)

Charles de Gaulle est réélu Président de la République (19 décembre 1965)

L’investiture du Président Charles de Gaulle réélu (6 janvier 1966)

Les élections Législatives des 5 et 12 mars 1967

Jacques Chaban-Delmas est réélu Président de l’Assemblée nationale

Georges Pompidou est reconduit dans ses fonctions de Premier ministre (6 avril 1967)

Le joli mois de mai 1968, au jour le jour (1er mai au 29 mai)

La très controversée conférence de presse de François Mitterrand (28 mai 1968)

L’inquiétante disparition du Président de Gaulle (29 mai 1968)

Baden-Baden, entre fuite et coup d’éclat

La conférence de presse radiodiffusée du Président de Gaulle (30 mai 1968)

La dissolution de l’Assemblée nationale (30 mai 1968)

Le remaniement du Gouvernement Pompidou (31 mai 1968)

Les élections législatives des 23 et 30 juin1968

Jacques Chaban-Delmas est réélu Président de l’Assemblée nationale

La démission du Premier ministre Georges Pompidou (10 juillet 1968)

Maurice Couve de Murville est nommé Premier ministre (10 juillet 1968)

Alain Poher est élu Président du Sénat

L’échec du référendum sur la régionalisation et la rénovation du Sénat

(27 avril 1969)

La démission du Président Charles de Gaulle (28 avril 1969, midi)

 

Chapitre III

Les événements marquants du mandat du Président Georges Pompidou : 1969-1974

Georges Pompidou est élu Président de la République (15 juin 1969)

L’investiture du Président Georges Pompidou (20 juin 1969)

Biographie de Georges Pompidou

Jacques Chaban-Delmas est nommé Premier ministre (20 juin 1969)

Le décès et les funérailles du Général de Gaulle (9 novembre 1970)

La démission du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas (5 juillet 1972)

Pierre Mesmer est nommé Premier ministre (5 juillet 1972)

Les élections législatives des 4 et 11 mars 1973

L’élection d’Edgar Faure à la présidence de l’Assemblée nationale

Pierre Mesmer est reconduit dans ses fonctions de Premier ministre (2 avril 1973)

Le décès et les funérailles du Président Georges Pompidou (2 avril 1974)  

A propos des Présidents de la République décédés en fonction

Le Président du Sénat assume l’Intérim présidentiel

 

Chapitre IV

Les événements marquants du septennat du Président Valéry Giscard d’Estaing : 1974-1981

Valéry Giscard d’Estaing est élu Président de la République (19 mai 1974)

L’investiture du Président Valéry Giscard d’Estaing (27 mai 1974)

Biographie de Valéry Giscard d’Estaing

Jacques Chirac est nommé Premier ministre (27 mai 1974)

Le Premier ministre Chirac démissionne de ses fonctions de Premier ministre (25 août 1976)

Raymond Barre est nommé Premier ministre (25 août 1976)

Les élections législatives des 12 et 19 mars 1978

Jacques Chaban-Delmas retrouve « Le perchoir »

Raymond Barre est reconduit dans ses fonctions de Premier ministre (3 avril 1978)

Les élections européennes du 10 Juin 1979 et la vie politique française

Le Président Giscard d’Estaing renonce à changer de Premier ministre (Janvier 1981)

 

Chapitre V

Les événements marquants du premier septennat du Président François Mitterrand : 1981-1988 François Mitterrand est élu Président de la République (10 mai 1981)

Retour sur l’abracadabrantesque repas Jacques ChiracFrançois Mitterrand de novembre 1980

Les derniers jours à l’Elysée du Président Giscard d’Estaing

L’investiture du Président Mitterrand (21 mai 1981)

Biographie de François Mitterrand

Pierre Mauroy est nommé Premier ministre (21 mai 1981)

La dissolution de l’assemblée Nationale (22 mai 1981)

Les élections législatives des 14 et 21 juin 1981

Louis Mermaz est élu Président de l’Assemblée nationale

Le nouveau Gouvernement Mauroy et l’entrée de ministres communistes (22 juin 1981)

Les élections européennes du 17 juin 1984 et la vie politique française

La démission du Premier ministre Pierre Mauroy (17 juillet 1984)

Laurent Fabius est nommé Premier ministre (17 juillet 1984)

Les élections législatives du 16 mars 1986

La démission de Laurent Fabius

L’élection de Jacques Chaban-Delmas au “perchoir”

Jacques Chirac Premier Ministre de cohabitation (20 mars 1986)

 

Épilogue

 

Annexes

Les 40 « Glorieux » de Charles de Gaulle à Nicolas Sarkozy

Les 24 Présidents de la République

Les 7 Présidents de la Vème République et leurs Premiers ministres

Les 6 Présidents du Sénat

Les 12 Présidents de l’Assemblée nationale

Ouvrages cités par l’auteur[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]