Attendez-vous à savoir

Ainsi commence ma conférence sur La naissance de la Vème République, que je ferai le 5 décembre 2018 en mairie de Tours.

« Attendez-vous à savoir » que les parachutistes du Général Massu devaient sauter le Vendredi 30 mai 1958 sur Paris, notamment Elysée et Assemblée nationale, pour forcer le retour au pouvoir du Général de Gaulle. Et le Général Salan devait le suivre avec les blindés de la division de Saint-Germain. 

La Vème République fête en 2018 ses 60 ans. Née de la promulgation de la Constitution du 4 octobre 1958 par le Président de la République René Coty. Œuvre, notamment et principalement, du Général de Gaule et du ministre de la justice de son Gouvernement, à  savoir Michel Debré. Inspirée du discours du Général de Gaulle du 16 juin 1946 à Bayeux.  Entre les deux référendums pour donner une constitution à la IVème République.

Mais que de chemin parcouru en ce joli mois de mai 1958…

Le Général de Gaulle est étranger au 13 mai 1958,conçu par les gaullistes : Michel Debré, Jacques Soustelle, Jacques Chaban-Delmas, alliés aux généraux Salan, Massu, Jouhaud. Avec un formidable travail d’intoxication des gaullistes Léon Delbecque -l’homme du 13 mai 1958- et Lucien Neuwirth- futur homme de la Pilule en 1967. Et le concours des ultras de l’Algérie Française autour de Pierre Lagaillarde.

Mais il va le récupérer par deux interventions :

  • Un communiqué de presse du 15 mai 1958 : « Je me tiens prêt à assumer les pouvoirs de la République. »
  • Une conférence de presse du 19 mai, sous haute protection : « Utile à la France, à la tête du Gouvernement de la République française. »

Le Général de Gaulle est étranger à l’opération « Résurrection »,orchestrée par les généraux Salan et Massu,  prévoyant le lâchage des paras en Corse, puis à Paris, sur l’Elysée et le Palais Bourbon.

Mais il va récupérer cette opération par deux interventions :

  • En stoppant l’opération prévue dans la nuit du 27 au 28 mai 1958 sur Paris : « Je ne saurais approuver toute action qui met en cause l’ordre public. »
  • En donnant son feu vert pour l’opération prévue dans la nuit du 29 au 30 mai 1958 : « Grand Charles est entièrement d’accord. Votre venue est attendue le 30 mai à partir du 2H30 du matin.  »

L’opération est reportée le 29 mai à 22h30 : « Président de la République recevant Grand Charles l’opération est reportée. »

 En effet le 20 mai, à 15 heures, dans un message lu aux chambres le Président Coty annonce qu’il fait appel au « plus illustre des Français » et il menace de démissionner s’il n’est pas investi par l’Assemblée nationale. 

Le 1er juin l’Assemblée nationale investit le Général de Gaulle par 329 voix contre 224. Le Président Coty le nomme Président du Conseil.

Le retour au pouvoir du Général de Gaulle s’est fait dans la légalité mais sous la menace d’un pronunciamiento militaire… A découvrir dans le détail dans ma conférence.

Source : Gérard Petitpré : Les Trente Glorieuses : 1958-1988.